L’Étale Des Saisons

L’Étale Des Saisons

« La réalité est une illusion,
la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’en existe qu’une seule »

Paul Watzlavick

 

D’un mouvement centrifuge mon œil, celui de l’enfant, se perd dans l’ouverture. Je concentre mon objectif sur un point fixe, et me balance dans le mouvement.

D’Ouest en Est, je marche, j’erre et je voyage pour mieux me perdre. Face à l’inconnu, je jouis d’une précarité extrême et m’enivre de l’infini. Je tâtonne vers l’invisible avec pour principal horizon la découverte de mon moi intérieur.

Je cherche à isoler du réel son émanation sensible, besoin constant de relier visible et invisible, envie de trouver dans chaque geste, et à chaque fraction de seconde, son moment de grâce et de poésie.

 

Le flou devient mon allié, il transforme les réalités, apporte silence, sensibilité et harmonie à l’affluence bruyante du net.

 

Chaque expérience de paysage, est une nouvelle rencontre, une émotion sans cesse renouvelée, une expérience solitaire qui me raconte à haute voix.

 

La nature m’inonde,

me laisse prendre,

me laisse noyer,

tout y est à la fois présent et absent.

 

Enfin, consonance symbiotique de mon monde intérieur et de celui qui m’entoure,

mon regard ne se porte plus seulement sur le paysage, il est le paysage.

Rêves panthéistes,

devenir absent de moi même pour affronter la vérité du vide.

 

Impulsions visuelles que je fige d’un acte pulsionnel.

Le temps suspend sa course,

en tailleur d’image, je cisaille le réel et défis le hasard.

 

 

Alexandre Dupeyron